Contrôle des castors

Pour les villégiateurs, les castors sont souvent une source d’ennuis. Comme plusieurs d’entre vous le savent, ils coupent des arbres dans la bande riveraine, construisent des huttes sous les quais et embêtent ceux qui aiment se baigner tard en soirée.

C’est pourquoi la gestion des castors est un des services que l’ARD rend à ses membres. Lorsque leurs activités mettent en péril les infrastructures de la municipalité, c’est elle qui les prend en charge. Mais lorsqu’ils batifolent sur nos lacs et endommagent nos propriétés, c’est notre affaire.

Comme l’activité des castors est imprévisible, nous recommandons fortement aux résidents de protéger avec grillages ou clôtures les arbres de valeur sur leur propriété, surtout ceux de la bande riveraine.

Les informations qui suivent devraient vous être utiles.

  • Les castors adorent les lacs calmes et tranquilles comme les nôtres. Surtout certains arbres comme le peuplier, le bouleau et les aulnes qui sont leurs mets préférés.
    Trappeur 2014
  • Il n’y a généralement qu’une seule colonie par lac. Elles sont constituées de deux à douze individus.
  • L’accouplement se fait en janvier ou février et les portées sont de deux à quatre petits castors qui deviendront des adultes deux ans plus tard.
  • Il y a maintenant des castors partout en Amérique du Nord, jusqu’au Mexique. Au Québec, les plus fortes densités de populations se retrouvent en Abitibi-Témiscamingue, en Outaouais et, bien sûr, dans les Laurentides.
  • Leur prédateur naturel est le loup. La tularémie – une maladie infectieuse – fait aussi des victimes.
  • La saison de la trappe débute le 25 octobre. Les peaux sont alors commercialisables.
  • Les castors sont particulièrement actifs à la fin de l’été alors qu’ils se préparent pour l’hiver. Ceux qui endommagent nos propriétés sont pris en cage et envoyés dans des zoos ou des terrains de chasse où leur présence est souhaitée. S’ils font trop de dommages, ils peuvent être piégés.
  • Lorsque le trappeur doit poser des pièges, il place des écriteaux avec le logo de l’ARD  et avertit les résidents concernés. Il leur demandera alors de garder leur chien en laisse pour quelques jours.
  • On estime qu’il y a environ 3,5 colonies par 10 kilomètres carrés dans notre secteur. En utilisant cette règle, on en arrive à 5 colonies dans le bassin versant de Dunany. S’il y a une moyenne de 5 castors par colonie, on en arrive à une population d’environ 25 individus.

 

Depuis 2015, notre trappeur est Marcel Gauthier, de Lachute. Il a 38 ans de métier dans le corps. C’est lui qui intervient lorsque les castors causent d’importants dommages ou menacent  nos propriétés.

Voici quelques commentaire reçus de résidents du lac Black en 2020.

We wanted to let you know that Marcel, the trapper you engaged, has done a remarkable job.

He is a careful worker.

He is also very respectful and apologizes for walking over our property. Imagine!

Thank you so much for engaging him. You chose very well.

We are lucky to have him!

—————————————————————-

We’re very happy with his expertise. Thanks!

 

 

3 reflexions sur “Contrôle des castors

  1. Jean De Julio-Paquin

    Bonjour,
    Des castors innondent mon terrain qui jouxte le ruisseau du lac de la montagne. Nous avons besoin d’un trappeur. Pourriez-vous me rejoindre au nom de l’Association des propriétaire du lac de la montagne.
    Me rejoindre: 514 258-0978.
    Courriel: j_dejuliopaquin@sympatico.ca
    Merci

  2. Jacques Pigeon Auteur de l'article

    Je vous suggère de communiquer avec le responsable de l’environnement à Brownsburg-Chatham. Il s’appelle Sébastien Simard ssimard@brownsburgchatham.ca
    Il sera en mesure de vous guider.

  3. Gaetan Robitaille

    Bonjour

    Je suis au Lac Breton à St-Sauveur (331 Chemin Glen Acres) et nous avons eu un couple de castors que nous avons fait trapper en 2015. je crois qu’il y a un nouveau couple qui est de retour.

    SVP communiquer avec moi pour les faire trapper. Vous pouvez me téléphoner au 514 706-2013.

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *