«Tout est bien qui finit bien». Nos lacs sont maintenant beaucoup mieux protégés.

Le titre de cette pièce de théâtre de Shakespeare (circa 1623) résume bien la situation après les longs débats à propos du plan de zonage et du gigantesque projet de développement touristique (WITRI en anglais) annoncé par le maire lors d’une réunion publique le 24 février 2019.

Plus tôt cette année, le Canton de Wentworth a initié une série de consultations qui ont abouti à un un nouveau plan de zonage qui rend ce projet impossible à réaliser. Aucun nouveau parcours de golf, aucun hôtel de 100 chambres, aucune activité telle que parc d’amusement, champ de tir, piste de go-cart, marina, cinéma en plein air. Aucune de ces activités ne pourra avoir lieu près des centres de villégiature tels que le lac Louisa et les lacs de Dunany. Ouf! Quel changement.

Le projet soumis pour consultation contenait une liste d’activités du genre de celles qui sont décrites ci-haut dans la zone RU-15 située entre les lacs Boyd et Black, des activités tout-à-fait incompatibles avec notre mode de vie. L’ARD, à laquelle s’est joint le Country Club de Dunany, a fait des représentations auprès du maire qui ont été bien accueillies. Problème résolu en un quart de tour.

Les gens du lac Louisa sont très heureux de ce dénouement tout comme nous. Vous trouverez ici leur communication à ce sujet.

Et ce n’est pas tout. Le Canton de Wentworth a annoncé récemment la mise-en-place d’un fonds qui servira à l’acquisition de territoires pour des fins de conservation. C’est le projet WILD: Wentworth: Investissement dans un Legs de Développement. En voici un extrait. Le document complet est accessible ici.

« Le conseil municipal s’engage volontairement à réserver un minimum de 3% de son budget annuel dans un fonds appelé « Wentworth : Investissement dans un Legs de Développement » (WILD). En 2021, ces 3% représenteraient environ 70 000 $ par année.
Ces fonds réservés seront utilisés à trois fins: l’achat de terrains pour la conservation et la réhabilitation, l’évaluation et la création d’habitats, ainsi que l’accès du public à la nature. L’objectif à long terme de la municipalité serait de conserver en permanence au moins 30% des terres de Wentworth, soit publiquement, soit dans le cadre de partenariats avec les propriétaires » .

Cette initiative est fort louable et mérite notre appui. Bravo Wentworth!

Elle est d’autant plus pertinente qu’à Wentworth, environ 70% du territoire de la municipalité appartient à 45 propriétaires dont dont les résidences sont entourées de centaines d’acres.

Les autres municipalités autour des lacs Clair et Boyd ne sont pas demeurées inactives.

Le Canton de Gore adopté l’an dernier un nouveau plan de zonage dont le mot clé est: consolidation. Le développement se fera désormais dans les zones où le développement a déjà été engagé. Il n’y en aura donc pas de nouvelles zones de développement. De plus, j’ai été a même de constater que la municipalité applique avec vigueur sa réglementation. C’est un bon plan d’urbanisme qui protège bien l’environnement, principalement autour de ses nombreux lacs.

C’est aussi à Gore que l’on retrouve Conservation Lakefield, un organisme à but non lucratif, créé en 2016 avec l’appui de la municipalité, et doté d’un statut d’organisme de bienfaisance, dont la mission est de préserver, protéger et conserver à perpétuité les environnements naturels, les écosystèmes et les paysages de grande valeur écologique de la région de Gore. Voilà une autre belle initiative dont on doit être fiers et qui mérite notre appui. Pour plus de détails, consultez leur site web en cliquant ici.

La Ville de Lachute a aussi pris des mesures importantes pour contrôler son développement dans les milieux ruraux et de villégiature. Désormais, pour construire une résidence, il faudra un lot d’au moins 20 000 mètres carrés, une façade de150 mètres ainsi qu’un accès direct à une route. Cette mesure limitera radicalement le nombre de propriétés dans notre secteur.

De son côté, la Ville de Brownsburg-Chatham a adopté à la toute fin de juillet un règlement interdisant tout lotissement dans le nord de la municipalité où se trouvent des résidents des lacs Clair et Boyd à Dunany. Cette mesure demeure en vigueur jusqu’à nouvel ordre. Pour lire la résolution cliquez ici.

Bon nombre de ces modifications aux règlements municipaux prennent racine dans une politique du Gouvernement du Québec connue sous le nom d’Orientation 10. Essentiellement, le gouvernement demande aux municipalités de concentrer leur développement dans leurs secteurs urbanisés, là où se trouvent déjà des infrastructures plutôt que de l’éparpiller dans les secteurs ruraux difficiles et coûteux à servir.

Rappelons-nous que le sur-développement autour de nos lacs est un moyen infaillible de réduire la qualité de leurs eaux.

Comme vous le savez aussi sans doute, bon nombre de citadins cherchent à migrer vers la deuxième couronne de Montréal où nous sommes. Cette migration a submergé nos municipalités de demandes de permis de construction. Les notaires et arpenteurs ne suffisent plus à la demande et les délais sont fort longs. Espérons que cette situation s’atténuera à moyen terme.

La MRC d’Argenteuil a aussi produit un Plan régional des milieux humides et hydriques d’Argenteuil. Il est accompagné d’une carte des milieux humides et hydriques fort utiles que je vous invite à consulter. Vous y trouverez une information de qualité sur nos milieux humides et, si vous êtes curieux, l’évaluation municipale de la propriété de votre voisin. Jetez-y un coup d’œil en cliquent ici.

Les milieux humides sont très importants. Ils nous protègent contre la pollution de l’eau en l’assainissant, contre les inondations en réduisant le ruissellement en aval, contre la sécheresse en retenant l’eau par temps sec, et contre le changement climatique en réduisant les gaz à effet de serre. Les milieux humides protègent aussi la faune. Voyez où ils se trouvent à Dunany.

En conclusion, quelques mots à propos de la maintenance des installations septiques. Les résidents permanents doivent les faire nettoyer à tous les deux, les villégiateurs aux quatre ans. Les municipalités de Gore, Wentworth et Brownsburg-Chatham ont des programmes de suivi pour s’assurer que les résidents adhérent à cette règle. Ils obtiennent aussi des informations des entreprises qui offrent ce service, donc dans toutes les municipalités sauf Lachute qui, il faut le dire, comptent très peu de lacs. J’invite ces résidents du lac Clair à suivre ce protocole.

Vos questions sont toujours les bienvenues.

Une réflexion au sujet de “«Tout est bien qui finit bien». Nos lacs sont maintenant beaucoup mieux protégés.

  1. Monique Duplantie

    Quelle victoire avec un grand V.

    Mille bravos à tous ceux et toutes celles qui se sont dévoués,es pour la cause. On ne saurait trop les en remercier.

    Mille mercis aussi aux municipalités qui ont su résister à l’appel du gain pour préserver l’environnement et la qualité de vie des citoyens d’ici.

    On peut maintenant respirer et fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.